Belgique : L’Excelsior Virton de Kanté et Visé ont récupéré leurs licences professionnelles

Grosse surprise ce jeudi du côté de la Cour Belge d’Arbitrage sportif qui avait organisé une visioconférence avec plusieurs clubs belges

Du côté des autorités de la licence, qui auront noté au passage des comptes sociétés pas toujours simples à comprendre, on est intraitable sur un point : Visé paye ses dettes avant mardi matin pour éventuellement obtenir la licence N1 ou elles n’iront pas plus loin.

C’est un peu le serpent qui se mord la queue avec ce repreneur, concède le président de Visé. Il nous reste le long week-end de la Pentecôte pour faire évoluer la situation, mais cela devient très, très compliqué d’encore imaginer une issue positive. Je le répète : il est hors de question que je règle seul les 700.000 € de dettes. Je veux bien donner un coup de main financier à côté d’un repreneur ou d’un partenaire, mais cela se limiterait à cela, pas davantage.

Le RFB et Seraing restent chez les pros, Ostende disparaît

Dans cette même journée de jeudi, Tournai, candidat à la D1 amateur a remis dans les temps impartis tous les documents que l’autorité de contrôle lui demandait. Il se présentera devant la CBAS ce vendredi vers 9h.

Comme L’Excelsior Virton la veille, l’URLC est, de son côté et à présent soulagée. Elle a le précieux sésame en poche depuis ce jeudi. Pour rêver aussi d’un ticket vers la nouvelle D1 amateur, elle attend désormais des nouvelles de Binche, qui passera devant la CBAS mardi prochain aussi, la présence ou pas de Visé dans cette division, ou/et une confirmation du retrait de l’équipe U23 du Standard de Liège la saison à venir.

Pour rappel, en cas de place(s) vacante(s), Stockay passera avant l’équipe hennuyère au vu de son classement général dans le championnat de D2 acff.

Enfin, il se confirme que le RFB et Seraing ont toutes les chances, pour ne pas dire davantage de rester en D1B, Ostende, où aucun repreneur ne s’est manifesté ce jeudi attendant cette fois le dépôt de bilan.

À Seraing, il se dit par ailleurs que Bernard Serin n’a jamais eu l’intention de se séparer du club cette année déjà. Tant que le président du groupe John Cockerillet de Metz est dans la maison, il ne serait même pas imaginable d’envisager un retour de l’homme d’affaires, Mario Franchi (Verlaine) sur place. Entre les deux hommes, ce serait très loin d’être la bonne entente. Pour dire le moins 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: