Belgique-Portugal: Lukaku,l’Arme Fatale des Diables Rouges

Depuis ce 6 septembre 1989, la Belgique a affronté cinq fois le Portugal, sans jamais parvenir à s’imposer (deux nuls, trois défaites). Alors comment y parvenir cette fois ? L’un des points forts du Portugal est sa défense centrale, avec la charnière Pepe-Dias.Par contre sur les cotés il y a de la place pour quelque chose

Il faudra une concentration totale et ne pas se laisser prendre de vitesse par les fusées portugaises : il ne faudra donc pas jouer trop haut. Tout le monde parle de Ronaldo, mais Diogo Jota est redoutable dans cet exercice estime Fred Waseige qui rajoute “Et puis surtout, il faudra jouer avec notre tête : dans ce contexte, le retour au premier plan d’Axel Witsel est une excellente chose ! ” et il souhaite que Roberto Martinez ” Je vois bien Roberto Martinez nous faire une ‘brésilienne’ ou une ‘danoise’, c’est-à-dire décaler Romelu Lukaku sur le côté pour éviter l’étau central et faire mal sur les flancs “

Lukaku avec déjà 3 buts à son actif depuis le début de la compétition ,serait l’arme fatale des diables rouges face aux Lusitaniens,sans omettre l’apport de De Bruyne qui est le stratège de cette equipe belge qui occupe toujours la première place du classement FIFA ,les portugais et CR7 sont prévenus.

Pour Fred Waseige consultant chez RTBF ” Il ne faut pas faire une fixette sur Ronaldo car le danger peut venir de partout dans cette équipe portugaise ” conclut Waseige. ” Il faut quadriller le terrain partout et pour tout le monde ! Il faut évidemment surveiller CR7 en posant sur lui six paires d’yeux (sic)… mais sans déséquilibrer le reste. Un marquage individuel ne fonctionne pas sur un joueur aussi rapide et imprévisible. Je dirais qu’il faut tenter de l’isoler de sa propre équipe, en le privant de ballons et en maîtrisant ses pourvoyeurs. Il ne faut évidemment jamais l’affronter en un contre un, sans quoi il est inarrêtable. Il faut travailler le Portugal dans son ensemble (sic) en commençant le travail défensif par Romelu Lukaku, dont le travail de sape consistera à couper les circuits vers les joueurs-clés du Portugal. Je pense qu’on peut sortir Ronaldo du match si on maîtrise son équipe en amont. Quant au défi physique, je ne suis jamais partisan de l’intimidation, qui consisterait à durcir les duels sur Ronaldo. Nous, Belges, ne sommes pas comme cela : ce n’est pas dans notre nature de donner des coups. Il faut respecter les joueurs, les nôtres comme les adversaires ! ” Réponse Dimanche soir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.