Mondiaux d’athlétisme : l’Américain Noah Lyles champion du monde du 100 m pour la première fois

L’Américain a signé un excellent temps pour rafler sa première médaille d’or mondiale sur 100 mètres, dimanche à Budapest.

l s’est envolé plus vite que les autres. Dans une course très disputée, l’Américain Noah Lyles a remporté le 100 mètres aux championnats du monde d’athlétisme de Budapest (Hongrie), dimanche 20 août. L’Américaina signé un temps de 9″83 pour terminer devant ses deux premiers poursuivants, le Botswanais Letsile Tebogo (9”88) et le Britannique Zharnel Hughes (9”88). En l’absence du tenant du titre Fred Kerley, éliminé en demi-finales, Noah Lyles, double champion du monde du 200 mètres, a remporté sa première médaille d’or mondiale sur la distance reine.

Pour la quatrième fois consécutive après l’hégémonie jamaïcaine (2009-2015), l’épreuve reine du sprint revient à un Américain. Noah Lyles succède ainsi à Justin Gatlin (2017), Christian Coleman (2019) et Fred Kerley (2022) au palmarès de la course. Il y a une certaine forme de logique à voir le Floridien de 26 ans s’imposer, puisque celui-ci a été champion du monde juniors sur 100 m en 2016 et a raflé deux fois l’or mondial sur 200 m, en 2019 et 2022.

Seville privé de podium pour trois millièmes

Lyles visait encore plus gros et avait annoncé sur ses réseaux sociaux un objectif de 9″65. Il reste loin de cette marque, qui aurait été l’une des meilleures de l’histoire, mais il se consolera avec cette breloque acquise en améliorant son record personnel. Il a terminé cinq centièmes devant le surprenant Letsile Tebogo, premier Africain à atteindre le podium de la discipline aux Mondiaux.

Le Botswanais grimpe sur la deuxième marche après une arrivée extrêmement serrée, au coude-à-coude avec Zharnel Hughes et le Jamaïcain Oblique Seville. Les trois hommes sont arrivés dans le même centième, et Seville, pourtant auteur d’un chrono impressionnant (9″86) en séries samedi, a échoué à la quatrième place pour trois millièmes.

Christian Coleman, 2e en 2017 et champion du monde en 2019, a terminé cinquième en 9″92. Son temps témoigne d’une course disputée à une allure supersonique. Jamais un quintet de tête n’avait terminé en 9″92 ou moins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: