Sir Bobby Charlton

Mort de Bobby Charlton : “Tous mes amis avaient disparu”, “j’ai eu de la chance…” Sir Bobby, le miraculé de la catastrophe de Munich

Dernier survivant des survivants, Bobby Charlton, disparu samedi à l’âge de 86 ans, était l’un des joueurs de Manchester United à avoir échappé à la mort lors de la catastrophe aérienne de Munich en 1958, mais les fantômes de ses huit coéquipiers décédés n’ont cessé de le hanter.

“Il ne se passe pas un jour sans que je me souvienne de ce qui s’est passé et des gens qui sont partis”. Lors d’une cérémonie à Munich en marge de la finale de la Ligue des champions 1998, le milieu de terrain offensif anglais avait rappelé à quel point la douleur était encore vive quarante ans après.

“Parfois j’y pense de manière furtive, comme un coup de pinceau au milieu d’une humeur par ailleurs heureuse. Parfois cela me plonge dans un sentiment terrible de regret et de tristesse – et de culpabilité à l’idée que je m’en sois sorti”, avait-il expliqué dans son autobiographie publiée en 2007. Tommy Taylor, Mark Jones, Eddie Colman, David Pegg, Liam Whelan, Geoff Bent, Roger Byrne et Duncan Edwards: ils sont huit joueurs à ne pas s’en être sortis.

Busby Babes”

Surnommés les “Busby Babes”, ils ont incarné la jeune génération dorée entraînée par l’emblématique Matt Busby. Elle venait d’être sacrée deux fois de suite championne d’Angleterre. L’Europe était à portée de pied. “À l’époque, Manchester United allait devenir l’une des plus grandes équipes d’Europe. L’accident a tout changé”, selon Charlton.

Le 6 février 1958, les Red Devils quittent Belgrade, où ils viennent d’affronter l’Étoile rouge et obtenir leur billet pour les demi-finales de la Coupe des clubs champions. Leur avion fait escale à Munich pour ravitailler, mais la neige perturbe le décollage. Après deux tentatives infructueuses, l’appareil roule sur la piste mais ne parvient toujours pas à s’envoler et percute une maison et un entrepôt de carburant qui s’embrase. Charlton, 20 ans, est sauvé par son coéquipier Harry Gregg et s’en sort avec de légères blessures.

Busby, plus gravement touché, survit aussi, mais huit joueurs, trois membres de l’encadrement, le copilote, des journalistes et d’autres passagers n’ont pas cette chance. Ils sont 23 à périr sur les 44 occupants de l’avion. Parmi les huit joueurs, figure Duncan Edwards, 21 ans, “le meilleur joueur” que Charlton a jamais vu. Il meurt de ses blessures 15 jours après le crash.

“Assis au bon endroit”

“J’ai eu de la chance et j’étais assis au bon endroit”, raconte Charlton à la BBC en 2008. “Les médecins sont venus me faire une injection. Je ne me suis réveillé que le lendemain matin”. C’est alors qu’il découvre l’ampleur de la tragédie. “Il y avait ce type allemand qui avait une liste de tous les joueurs et il l’a lue. S’ils étaient vivants, il disait ‘oui’ et s’ils étaient morts, il disait ‘non'”.

“Je me demandais ce qui allait se passer, comment nous allions pouvoir surmonter cela, mais nous devions le faire”. Le 5 mars, il est de retour sur la pelouse, à l’occasion d’un quart de finale de Coupe d’Angleterre. Il marque trois fois en demi-finale, mais United perd la finale. Orpheline de ses “Babes”, l’équipe ne remporte qu’un seul de ses 14 matches de championnat après le drame de Munich et est éliminée en demi-finale de Coupe d’Europe par l’AC Milan.

“Soudain, tous mes amis avaient disparu”, expliquait-il en 2001 dans la websérie History of Football. “Je jouais dans une équipe qui avait le monde entier à ses pieds. Et soudain, vous deviez revenir et lutter pour survivre. C’était une période très traumatisante pour le club”.

Munich “a changé ma vie”

“J’étais dans une position de responsabilité que je devais assumer. Cela a changé toute mon attitude. J’ai probablement intégré l’équipe première et l’équipe nationale plus tôt que je ne l’aurais fait sans l’accident d’avion”. Charlton fait ses débuts en équipe d’Angleterre contre l’Écosse à Glasgow le 19 avril 1958 et marque le premier de ses 49 buts internationaux.

“J’avais l’intention de jouer un jour pour l’Angleterre avec Duncan Edwards, Tommy Taylor et Roger Byrne. Malheureusement, cela n’a pas pu se faire”. En 1966, il est sacré champion du monde avec l’Angleterre et remporte le Ballon d’Or. En 1965 et 1967, il est champion avec des Red Devils à nouveau diaboliques grâce à l’arrivée de George Best et Dennis Law. En 1968, dix ans après Munich, il gagne la C1 face à Benfica en inscrivant un doublé (4-1 a.p). Munich “a changé ma vie” disait Charlton. Pour le pire et le meilleur.

A lire aussi : https://shoot-africa.com/can-2027-algerie-a-snobe-motsepe-et-caf/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: